POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le Rondinet


Que contait !...forme le Rondinet.

Que contait .Rondinet ..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

Que contait !

 

C’est quand le pouce interrogeant,

-Ce Bel index qui le suivait,

-Il était ce grand impudent

Pliant son monde il le vexait

Que l’index répliqua voyant,

Le majeur qui se dandinait

Devant l’annulaire enrageant.

Certainement qu’il se moquait !

Puis, à coup sûr, visiblement

Quand l’auriculaire il traquait

D’une fine ouïe entendant

Citer l’octosyllabe osait,

En tout ce poème encombrant

L’espace imparfait où geignait,

Le poète ainsi tant râlant,

L’histoire en ses doigts qu’il comptait,

Cela d’un doigté amusant.

 

Maria-Dolores


19/09/2016
4 Poster un commentaire

Dans ma main ...forme le rondinet...

dans_m10.jpg

 

 

Dans ma main

 

Dans ma main, quel doigt est habile ?

Le court pouce accroche une page,

L’index moqueur fait un voyage,

Au long majeur une humble idylle,

Avec l’annulaire en bagage,

L’auriculaire est tout servile,

Dans ma main.

 

Chacun de mes doigts est utile,

Lequel choisir ? Il est plus sage,

De rendre au doigté cet hommage,

En ce Rondinet tout subtile,

Dans ma main.

 

Maria-Dolores


05/06/2016
10 Poster un commentaire

Ai-je encor le temps...Forme le rondinet...

ai-je encore le temps..jpg

 

 

 

 

Ai-je encor le temps !

 

Ai-je encor le temps, sur voie éphémère,

Louant son visage en frisson plaisir,

Il est parcourant tout ce long désir,

Dans son antre infime écoute chimère

Naissance au soupçon de prestance ourdir,

Car de son appel je suis prisonnière,

Ai-je encor le temps !

 

Quand le soir sera, l’ombre en son soupir,

La lune en son teint, verra sa lumière,

Fixant les amants dans l’instant prospère,

Fusion des corps sombrer et s’ouvrir,

Ai-je encor le temps !

 

Maria-Dolores


26/03/2016
6 Poster un commentaire

La méridionale...forme le rondinet...

la méridionale..jpg

 

 

La  Méridionale

 

La méridionale à son sud bien ardent,

De son soleil et de son ciel. Comme ils sont clairs.

Quand « Mare Nostrum »mer de sel, vit de ces airs,

De ces hauts Sommets altiers, c’est en triomphant,

Qu’au gré d’un séjour, d’une chaleur sur vos chairs,

De ces parcours sans discours pour chaque estivant.

La méridionale  

 

Et oui Je niche frileuse En mon fief de vairs,

Tendre abri sertit, court un moment saisissant,

Je garde mon canapé moelleux d’un rai plaisant,

Un gré de café bien fumeux, que je vous sers.

La méridionale

 

Elle honnit ses amours pour elle point d’amant.

Salez pas l’Azuréenne en plaintes des mers,

Ce hâbleur de fantasmes elle fuit ces éclairs,

Mots sur carte postale, où se lit son talent,

La méridionale

 

De vos sites, de vos écrits je voyage autant.

Des bonheurs je vous offre et laissez mes travers,

Qui grâce à vous s’estompent au vent de jours clairs,

Et sèment le désir de partager l’instant,

Où les rêves perdurent aux astres des éthers,

 En ce ciel gris en ce jour, il est rayonnant,

La méridionale.

 

Maria-Dolores


09/06/2016
13 Poster un commentaire

Quelque part forme le Rondinet..

 

quelque part.jpg

 

 

 

Quelque part

 

Quelque part  on va, sans réponse

On vient sans raison lentement

Lui parler essentiellement

Dans la nuit noire qu’elle annonce

Une énigme irréellement

Car elle seule ne renonce

Quelque part

 

Comment dire adieu la mort fonce

Quand elle suit subtilement

Le temps mourir paisiblement

Que nous faut-il une semonce ?

Quelque part.

 

Maria-Dolores


17/04/2015
6 Poster un commentaire