POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Prose


Mémoire pour Nice...Une minute...Sonnet irrégulier.

J'habite près de Nice.

le soir du 14 juillet

 

Je vais bien ainsi que toute ma famille

 

malgré la peine qui me tenaille face à cette tragédie

je suis touchée dans mon âme et mon cœur,
car c'est ma ville et ma patrie,

je vais attendre un peu que les larmes sèchent...
C'est mon fils de 18 ans qui nous a prévenu car lui était la bas ...mais il va bien.

 

Hier soir nous n'avons pu nous rendre à la fête

car la voiture n'est pas très sûre je dois la faire réparer

sinon nous y serions tous rendus...

 

 

Une minute

 

Je n’ai plus le mordant de crier : «quelle horreur !»

Mais plutôt de me taire et garder le silence

À midi, dans le monde, un moment d’élégance

La minute arrêtée, une pensée en pleur.

 

Quand la larme a coulé, chacun tient la bougie

Vers ceux qui sont partis et ne reviendront plus,

D’une nuit de tourment aux conflits absolus

Nous veillons pour mémoire à cette hémorragie ;

 

Comme il nous faut combattre en menottant la peur,

Soyons tous conscients que la nuit est pâleur !

Unissons-nous, dès lors, pour traquer la folie

 

Meurtrière car ceux qui tuent au nom de Dieu

N’ont plus droit de cité. Hum! tristesse anoblie,

J’ai la verve, aujourd’hui, pour dire un mot d’adieu.

 

Maria-Dolores

 

 


15/07/2016
8 Poster un commentaire