POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le dix-septain sphérique nouvelle forme créée par Mohamed Zeid dit Flormed.


Retour...Forme le dix septain sphérique...

Retour.jpg

image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

Retour

 

C’est aussi loin du phare où l’écume se meurt,

Où la mer s’effiloche épuisant la comète,

C’est un pleur à l’aurore au décor de bluette,

Le cœur vient implorer le sort de sa frayeur,

 

L’âme blanchie au teint soûlant d’un rien le monde,

Son instinct qui le fuit s’incline en son retour

D’une pluie en rideau dort sur son heure immonde.

 

À ce cri dédaigneux peint le ciel sans détour,

Au choix inconscient j’aime attirer la muse

Ainsi va de ma plume un soupir son contour,

 

En fragrance légère où le soir nous abuse

Luit l’immense clarté dans l’éther nul atour

Chère amie enchantée, ondine au son l’amuse,

 

Et dans cette nuit noire où s’étonne la peur

Sous un simple regard nul ne tait la coquette

Dont le bruit qui la suit sans secours, la chouette

Cachant si bien sa griffe opposant la noirceur…

 

Maria-Dolores


25/09/2016
4 Poster un commentaire

Jeunesse sans déraison...Forme le dix septain sphérique...

Jeunesse sans déraison.jpg

 

 

 

Jeunesse  sans déraison…

 

Son pas croise en chemin un voyou  raisonnable

Lui demandant la route et parfois un « Pétard *»

Mon fils fuit  la fumette  il se veut peu vantard

Car il dit « c’est la vie »; il est bien adorable,

 

Il répand de l’amour à ces charmants gredins,

Croyez- vous chers amis qu’un enfant reste sage ?

Me disais-je à l’instant pour suivre ces ondins ?

 

On se parle et mon grand avec lui sans orage

Le discours est de mise et les cris anodins

Ne le froissant jamais il comprend le message,

 

J’aimerais, que les gens ne soient pas si radins

Et que tous les enfants aient un monde sans âge

Où le cœur serait roi pour tous ces paladins.

 

Si l’espoir vous fait vivre une histoire incroyable

L’enfance vient nourrir ce poupon bien fêtard,

Le berçant dans mon nid il se couche plus tard.

La vigueur d’une foi sied à l’âme admirable…

 

Maria-Dolores

 

Pétard* : cigarette roulée contenant de la drogue douce


21/03/2016
6 Poster un commentaire

Le monde est si petit ...Nouvelle le dix-septain sphérique créée ...

Le monde est si petit.jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

 

Ici

 

 

 

Le monde est si petit

Le monde est si petit et l’art de son envie
Appelle dans la nuit sous l’astre en mouvement
Le charme d’un amour qu’émeut l’âme ravie
D'une rose s’épanche un azur, l’ornement,

Sous  la voûte céleste ainsi s’endort la vie
Morphée au rai s’éteint d’une aube parfumant
Et pour l’instant revient son heure desservie,

L’étincelle en ce jour dévoile lentement
La rumeur du Zéphyr choit la brise suivie
Ce désir que revêt le cours du firmament

Le rimeur cherche encor l’écrin d’une exuvie
Car il trempe sa plume en son cri de tourment
Dont chacun se défend dans l’ombre inassouvie

C’est au cœur de la nuit que monte sagement
Le parfum odorant de la forêt servie
Au tombeau se reflète un effluve ardument
Où le ciel sait l’enfer son récit nous convie…

 

Maria-Dolores

 

 

 

Forme créée par mon ami

Mohamed Zeïd

dit Flormed 

sur Poésis lien sur ma page d'accueil.


10/02/2016
2 Poster un commentaire

Candeur d'une âme..Forme Le dix-septain sphérique nouvelle forme créée.

Candeur d'une âme..jpg

image de Damien Barboni

sur Facebook

 

Ici

 

 

 

Candeur d’une âme

 

Laissez-lui la candeur qui submerge mon âme

A son ris que déploie un visage enfantin

Où le vent ensorcelle un éclair le matin

Et je lis dans ses yeux cet espoir d’une femme,

 

En offrande à la vie et gage d’avenir,

Il n’est plus beau cadeau que la fleur d’une fille

À son fort bel amant songeant se réunir.

 

C’est au cœur de son chant que seule elle titille

Sous la mine flétrie enchante un devenir

Où chacun s’imagine un berceau de charmille

 

Et le rêve est celui dont on sait rajeunir

L’instant même où renaît une voix qui babille

Et le charme a relui sur cet être à bénir,

 

Elle est tout ce désir que porte mon calame

Sur l’enfant j’ai posé plus d’un ciel de satin

Le réel me transporte et tait mon baratin

Pour l’instant je ressens la douceur qui m’enflamme…

 

Maria-Dolores.

 

 

Forme créée par mon ami

Mohamed Zeïd

dit Flormed 

sur Poésis lien sur ma page d'accueil.

 


04/02/2016
4 Poster un commentaire