POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le rondel

 




Veillant la nuit...Forme le Rondel.

Veillant la nuit..jpg

 

image de Damien Barboni sur

Facebook

Ici


Veillant la nuit

Veillant la nuit, toute tremblante, elle envisage
Sous la lune en reflet, d'étourdir ses amours.
Que n’est-elle cet ange à l’éternel recours
Car elle est océan délivrant un message.

Elle suit ce chemin l'écho tel un mirage
Effleurant la lumière au regard de ces tours
Veillant la nuit, toute tremblante, elle envisage
Sous la lune en reflet, d'étourdir ses amours.

Un air mélancolique use l’ivresse en nage
Et son humeur geignant un ultime secours
Elle est ce miroir flou reflet des contre-jours
Qui murmurent aux monts, tout l’hiver qu’elle enrage
Veillant la nuit, toute tremblante, elle envisage
Sous la lune en reflet, d'étourdir ses amours.

 

Maria-Dolores


14/02/2012
16 Poster un commentaire

Mes chers amis...forme le Rondel.

Mes chers amis..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

Mes chers amis

 

Je suis restée un mois sans vous mes chers amis,

Il me fallait attendre en passant la journée

À tenter de vous lire en fin de ma tournée

Comment je peux tenir à tous ces compromis.

 

Fuyant parfois le soir quand ils sont endormis

Quand tout au long du jour j'étais, las et cantonnée

Je suis restée un mois sans vous mes chers amis

Il me fallait attendre en passant la journée.

 

Maintenant me voilà, vous retrouvant soumis

En ma belle parole en âme combinée

On dit qu’un cœur fait fit d’une peur raisonnée

Une larme a coulé le soir où j’ai transmis,

Je suis restée un mois sans vous mes chers amis.

 

Maria-Dolores


07/09/2016
8 Poster un commentaire

Folies...Forme fixe le Rondel...

Folies.jpg
image de Damien Barboni

sur

Facebook ici

 

 



Folies

 

La réalité fuit en l’instant du jour,

Je ne la comprends plus ! Mon esprit vacille ?

Flottant  dans chaque monde en âme coquille.

Je me tiens là seule en  ce simple séjour.

 

La démence s’acharne au corps en guenille,

Je n’ai plus ce reflet comme un contre-jour

La réalité fuit en l’instant du jour,

Je ne la comprends plus ! Mon esprit vacille ?

 

Et là je leur ressemble en chacun autour,

Noyant dans l’océan,  tel poisson frétille

Ne contenant plus rien qu’un vers pour brindille

Armant sous le délire au fond sans recourt

La réalité fuit  à l’instant du jour,

Je ne la comprends plus ! Mon esprit vacille ?

 

Maria-Dolores


13/02/2012
16 Poster un commentaire

La nuit....Forme le Rondel

La nuit..jpg


La nuit

 

Elle a bâti des murs tout autour

Ne laissant luire aucune lumière

Même la nuit restant coutumière

Elle désespère en ce vautour.

 

Elle égraine un mot à son détour,

Éveillant un nom dans sa chaumière

Elle a bâti des murs tout autour

Ne laissant luire aucune lumière.

 

En muse enchanteresse au détour,

Lors  survit l’esquisse  journalière,

En son antre où dans son âme altière

La lune brillant, tout alentour,

Elle a bâti des murs tout autour…

 

Maria-Dolores

 


13/02/2012
8 Poster un commentaire

Ma muse veille



Ma muse veille.

 

Libre est mon rêve en ces mots lentement

Venant susurrer à sa belle oreille

Que chacun ne les nomme et ne s’éveille

Cet  écho  babille ainsi vainement.

 

Dans le rythme,  mes mots facilement

Or ma muse s’émeut toute pareille ;

Libre est mon rêve en ces mots lentement

Venant susurrer à sa belle oreille.

 

Nait-elle frêle à ce ton sûrement ?

Comme ces vers, et ce don qui se fraye

Ce chemin indolent qui ne défraye

Qu’elle se souvient,  lit  avidement,

Libre est mon rêve en ces mots lentement.

 


13/02/2012
2 Poster un commentaire