POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le quinzain arithmétique nouvelle forme.


Les amours du courage...Forme le sonnet arithmétique...

Les amours du courage..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

 

 

Les amours du courage

 

Si je suis ce courage où périt la douleur !

 

Je n’entends pas ces pleurs juste coule une larme,

Au bout de la misère on poignarde mon cœur ;

 

Or mon âme s’essouffle au retour de son charme

En ses yeux larmoyants que dévoile un bouquet

D’une rose écarlate où s’étend un bosquet ;

 

Je ne sais d’où tu viens, toi l’ami, qui m’enchaînes

Au seuil de ton envie où tromper mon ennui,

On ne peut retrouver le destin que tu traînes,

Chaque fois qu’on admire en silence la nuit.

 

J’entrevois sous la brume une douce rivière

Où l’écho de ton rire éternise mes jours

Je n’ai plus de colère, elle fuit nos détours,

La chaleur du soleil a tenu ma prière

Dans les lambeaux du ciel, j’ai conçu mes amours…

 

Maria-Dolores


28/02/2017
10 Poster un commentaire

Le chant du mimosa...Forme le quinzain arithmétique nouvelle forme.

Le chant du mimosa.jpg

Image sur le net.

 

 

 

 

 

 

Le chant du mimosa

 

C’est le vent qui tournoie en ce long souffle froid

 

Où le blond mimosa qui fleure bon l’ivresse

Voit le charme du temps quand il se tient bien droit ;

 

Du parfum éternel suit ma main la caresse

Jamais je ne consens au déclin de la nuit

D’où se pose si peu le silence à minuit,

 

Et je sens sous la nue une tendre fragrance

Émergeant de plaisir quand la lune s’étend

D’une blanche couleur sous l’éther grelottant,

Que porte jusqu’au cœur aux gemmes l’endurance ;

 

Le jardin s’offre encore une robe de gel

Déposé doucement sur la plus belle rose

Enchantant le décor, l’espoir d’un rituel

D’un hiver qui s’enfuit vers un printemps réel

Car c’est au petit jour qu’une averse l’arrose…

 

Maria-Dolores


21/02/2017
4 Poster un commentaire

La rentrée...Nouvelle forme le quinzain arithmétique.

La rentrée..jpg

 

 

 

 

La rentrée.

 

Ce jour c’est la rentrée et je vais et je cours,

 

Toute la matinée en tentant de comprendre

Pourquoi nous faut-il donc errer dedans ces cours ?

 

Maîtres et professeurs affairés à surprendre

Aux rythmes du collège, entendent  le tocsin

Le signal pour chacun, de prendre le chemin

 

De la classe et de suivre activement la file,

Il leur suffit de peu pour remplir les couloirs,

D’élèves attentifs prenant bien leurs devoirs,

Nul n’entend le silence et se tient  immobile ;

 

Le rêve pour les profs si c’était ma foi vrai

Ça se saurait de tous,  je signerais la page

Pour encouragement,  ces jeunes d’un regret,

Car les sachant parfois,  impulsifs  sans arrêt

Voulant d’un ton rageur étourdir le Viel âge.

 

Maria-Dolores


05/09/2014
8 Poster un commentaire

Bel amour forme le quinzain arithmétique

Bel amour.jpg

 

 

 

 

 

Bel amour.

 

L’amour est-il parfois l’étendue en mon âme ?

 

Pleurer tout contre toi déchire encor mon cœur

Puis-je tolérer  là ton œuvre  qui m’enflamme ?

 

Épuisant mon esprit à ton moindre bonheur,

Je laisse un bref souris éclairer mon visage.

Perdue entre tes bras, je suis une ombre sage.

 

Pour oublier ma peine autour de ta chaleur,

Entoure-moi, seigneur, de toute ta tendresse

Et tatoue en mon for ta plus douce caresse.

Jamais je ne saurais les pleurs de ta douleur.

 

C’est comme un océan où se brise l’écume

Couvrant mon désarroi tel au pied d’un rocher,

Nul ne ressent la lame éparpillant la brume,

Prenant dans  son sillage une élégante plume

Qui ponctue une rime afin de l’accrocher…

 

Maria-Dolores


06/09/2014
30 Poster un commentaire

L'espoir dans mon silence...Forme le sonnet quinzain arithmétique...

L'espoir dans mon silence..jpg

 

 

 

image sur le net.

 

 

 

 

 

 

L’espoir dans mon silence

 

Elle a noyé sa peur au fond de mon silence

 

Je la perçois tremblante épuisée en son cœur

Écoutant chaque son veillant sur mon enfance ;

 

Elle avait ce regard si souvent de bonheur,

Quand elle m’emmenait dans le creux de son  âme,

Dans ma toute jeunesse elle inspirait ma flamme ;

 

Elle contait parfois ce que fut sa douleur

Elle avait cette larme au ru de sa tendresse

Son parfum était doux comme un soir de caresse

Qui m’enveloppe encor d’une douce chaleur.

 

Je ne pensais revoir son reflet d’une image,

Que j’observe au matin, tels éclats pour attraits

C’est de moi qu’il s’agit source de mon visage

Que contemple l’espoir me touchant du mirage

Dans le miroir glacé dont je fixe les traits…

 

Maria-Dolores


26/02/2017
12 Poster un commentaire