POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le fatras...


La lune était sereine..Forme fixe le .Fatras double

 

site :

Clair de lune...Victor Hugo.

 

 

La lune était sereine VH.jpg

 

 

"La lune était sereine et jouait sur les flots."

 Alexandrin de Victor Hugo

Tiré du poème « Clair de lune ».

(A*B*- A*ABAABBABAB* // B*A* - B*BABB AABABA*)

 

La lune était sereine

Et jouait sur les flots.

 

La lune était sereine

Ô ! Nuit contemporaine

Un rien de ses halos

En  mer chacun sa peine

Lors son remous l’égraine

Comme tous  matelots

Ces éternels pâlots,

Or le courant l’entraine

Vers tous ces grands îlots,

Un enfant se démène

Et jouait sur les flots…

 

Et jouait sur les flots

La lune était sereine.

 

Et jouait sur les flots

Aux chants par ses échos

D’un pas elle se traîne

Ces ombres de héros

Tous ces cœurs de fléaux

Qui n’épargnent sa  reine

Quand le soir ne la freine

Des  âmes mégalos

Ecoutent la sirène

D’un soupir  aux galops

La lune était sereine…

 

Maria-Dolores


25/06/2015
9 Poster un commentaire

Au pays parfumé....forme le fatras double...

au pays parfumé fatras double.jpg

 

 

« À une Dame créole »

« Au pays parfumé que le soleil caresse »

Alexandrin de Charles Baudelaire

 

Au pays parfumé

Que le soleil caresse

 

Au pays parfumé,

Souffle un vent animé

Qui connait sa faiblesse ?

Sous un ciel sublimé,

L’astre du jour brimé

Éclairant l’allégresse,

Se lit une détresse

Dans son lit imprimé,

Rêvant de sa tendresse

Sous son rire exprimé,

Que le soleil caresse.

 

Que le soleil caresse

Au pays parfumé.

 

Que le soleil caresse

Une âme poétesse,

Dans son cœur déprimé

Pourvu qu’on ait l’ivresse,

D’une plume drôlesse

Joue un trait bien rimé

Sur le papier grimé,

Fredonne une déesse

Créant l’être assumé

Luit sa vague prouesse

Au pays parfumé.

 

Maria-Dolores


12/06/2015
7 Poster un commentaire

Été....forme le fatras...

Eté.jpg

 

 

Été

Je me souviens du bel été

Sur  la douceur de la piscine

 

Je me souviens du bel été

Dans un  abysse où fut jeté

Un reflet sans nulle bruine

Lorsqu’ il n’est pas empaqueté

Comme un trésor non racheté

Je pense encore un peu câline

L’instant heureux aux temps culmine

Au même  sens  n’est affecté

Vagues d’un ru qui l’illumine

Un jour d’une sobriété

Sur  la douceur de la piscine.

 

Maria-Dolores


08/06/2015
6 Poster un commentaire