POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le Muzain.


Tel un Cygne...Forme le Muzain...

image de Damien Barboni

sur Facebook 

Facebook Ici

 

 

 

Tel un Cygne… !

 

Au temps gris de l’hiver je pense au feu de bois,

La belle cheminée en pierres de l’enfance,

Dont son âtre vermeil flamboie en résidence

 Cette âme admirative au cœur des contes rois ;

 

Elle ; assise penchée en ma main sa puissance,

Mon regard est figé toute ouïe à l’essence

Dans sa langue elle chante en ses mots ce récit

Qui s’imprègne à jamais quand à rêver voici

Apparaît comme un Cygne…Éternelle présence… !

 

Maria-Dolores

 

Dédié : À Maria-Dolores (ma grand-mère)

 


25/02/2017
12 Poster un commentaire

C'est bien peu....Forme le Muzain...

C'est bien peu.jpg

 

 

C'est bien peu...

 

En mon bon souvenir j'ai donné peu de chose,

Sauf l'amour que je voue aux êtres de mon cœur,

Tant l'âme se révèle en ce destin boudeur

Cherchant encore un songe où le ciel se repose ;

 

Le bonheur je le sais reste à porter de main,

C'est la joie, un bel ange épouse de son rire,

Si son charme envoûtant ne m'épargne demain,

Sa passion le suit au courant d'un chemin

Quand l'étoile la nuit s'attache à le séduire...

 

Maria-Dolores


01/08/2015
8 Poster un commentaire

La flamme ...Forme le Muzain.

La flamme.jpg

 

 

 

La flamme… !

 

Comme un ru court devant l’éternel

Le couvrant d’une étincelle

Déploie une aura réelle

Fait fi du glas d’un son solennel,

 

Ainsi s’invente à jamais la flamme

Celle dépeignant l’amour

À ce destin souffle une seule âme

Que vibrante à son cœur, elle enflamme

En rais les amants d’un jour…

 

Maria-Dolores


14/07/2015
4 Poster un commentaire

Une éternité...forme le Muzain.

Une éternité.2015.jpg

 

 

Une éternité...

 

J’ai l'espoir que cela dure une éternité

À l’ombre du chemin chacun part en voyage

Visitant l'étendue un monde sans bagage

Au delà de ces monts où dort l'humanité.

 

C'est un pays de rêve où séduit une muse,

Traçant de son crayon, le poète d'un jour

Sur la page il écrit quelques mots sur l'amour,

Hésitant quelquefois à se passer de ruse

Et c'est de ces doux vers qu'il trompe un «Saint Amour».

 

L'éternel océan aux roulis d'une écume,

Hume tous ces parfums d'un abyme sans fond

Puis l'étrange sirène au regard si profond

Chante sur les rochers sous l'éclat d'une brume…

 

La pensée admirant le silence la nuit

Car lisant son écrit dans un pli, paraphrase

La magie en la muse qu'il ne tait une phrase

Le reflet de son âme illumine l'ennui

Qu'enveloppe la muse en le soir qui l'écrase...

 

Maria-Dolores


23/07/2015
2 Poster un commentaire

Ying et yang...forme le Muzain.

ying et yang 2015.jpg

 

Yin et yang!

 

Tes doigts ont tatoué sur mon corps la brûlure

En résonance à mes états

Qui me suivent la nuit sans aucune blessure?

Les souvenirs de nos ébats.

 

Quand naît à mon désir celui de ton envie

Lorsque la volupté d’une ardeur nous convie

Alors nos silences font bruits

S’inscrivant à l’esprit dans la chaleur ravie

Nos jours valent autant mes nuits…!

 

Maria-Dolores


17/07/2015
2 Poster un commentaire