POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Sonnets à rebours.


Au temps en décadence....Forme le sonnet à rebours...

Au temps en décadence....jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici compte Facebook

 

 

Au temps en décadence

 

Quand vient l’instant charmer le silence du monde,

Il écoute sans voix l’éternel chant qui gronde

Tout comme le vent pousse au creux de son ennui,

 

Cachant tôt le matin ces plis sans résistance

Le fort orage épris d’une pluie en mouvance

Aux peupliers tremblants, enrobés dans la nuit …

 

Son cœur est tout glacé de lire en permanence

Ayant bien peu de foi pour suivre sans ampleur

L’amant qui sans espoir se réfugie en pleur

Dans le giron de dame aux mœurs en abondance.

 

Si j’avais pour refrain une larme en errance

J’observerais l’azur autour de sa couleur

Car tant que le poète écrit dans la douleur

Le monde sera roi du temps en décadence…

 

Maria-Dolores


06/01/2017
8 Poster un commentaire

Tel destin ...Forme le Sonnet à Rebours...

Tel destin....jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Facebook ici

 

Tel destin…

 

Elle aime ce regard concentré sur la vie

Un moment si fragile éblouit dans la nuit

D’un éclat que l’on offre en faiblesse d’envie,

 

Laissant loin sans adresse où s’exprime l’ennui

On détient la raison, le silence déferle,

Tant il faut que l’on trouve un amour une perle.

 

C’est la joie en nos cœurs dont l’esprit si touchant

Qui d’un souffle léger s’éternise en son âme

Et l’espoir que son art brillera telle flamme,

À chacun d’estimer au souhait s’épanchant,

 

Elle est libre aujourd’hui de parcourir la terre

Pour enfin raconter chaque cri dans l’ardeur

Au destin étonnant où se perd la candeur,

Que ne ferait-elle pas  pour abolir la guerre ?

 

Maria-Dolores.


19/01/2017
8 Poster un commentaire

Signes printaniers...Forme le sonnet à rebours...

Signes printaniers..jpg

Image de Laurent Berthier

sur Facebook

Facebook ici

 

 

Signes printaniers

 

On cueille par amour la belle pâquerette

Qui sommeille en hiver si frêle et si muette

Car Éole s’éprend d’une douce beauté,

 

Comme ce bouton d’or dont se pare une muse

Le printemps se déploie en son hymne qui fuse

On voit le mimosa gentiment ballotté.

 

Puis voilà qu’on espère une douce journée

Alors, on se promène à frôler une fleur

Qui renaît le matin et grandit de bonheur,

Car les fruits que l’on sème ont une essence innée.

 

J’ai grand froid aujourd’hui ma mémoire est fugace,

Le ciel est glacial, le monde est ralenti,

On résiste et pourtant au foyer retenti,

La chaleur d’un bon feu ce répit me délasse…

 

Maria-Dolores


08/01/2017
8 Poster un commentaire

Le ciel ce matin...sonnet à rebours

Le ciel ce matin..jpg

 

 

Le ciel ce matin.

 

 

 

Au  soleil je me tiens, il réchauffe mon âme

 

 Car j’avais oublié combien il était doux

 

L’étoile dans mon cœur illuminant la flamme.

 

 

 

Comme dans ce regard, vous frappant d’un  redoux.

 

Il se penche loyal, votre corps s’émoustille,

 

Et pourtant confiant,  le guettez sans béquille,

 

 

 

En l’espoir d’un matin chaque jour vous levant

 

L’attendez pour qu’il chauffe un instant tout déboire

 

Que faut-il à ce temps  le veiller à ne croire ?

 

Mais il revient toujours d’un bon cœur innovant.

 

 

 

Je demeure pantoise en l’effet  d’un mirage,

 

Le bleu du ciel constelle au vent tout l’horizon,

 

Je ne sens aucune ombre en  ma belle maison,

 

D’un œil admirant l’astre en mon humble voyage.

 

 

 

Maria-Dolores

 


13/11/2014
2 Poster un commentaire

Errance Forme le sonnet à Rebours

Errance..jpg

 

 

 

 

 

Errance.

 

 

 

Prenant  sa liberté sur fond de l’horizon,

 

Comme un silence aux fins d’un autre nouveau monde

 

Je ne dépeins plus rien à l’ombre d’une ronde

 

 

 

Quand  la terre  s'écoute et suit une saison

 

L’hiver se fond autour,  incidemment la neige…

 

Au sud elle est un rare encens, un sortilège.

 

 

 

Car les monts tout autour se pavanent  de blanc,

 

Qui fond dès que paraît le premier rai solaire,

 

Tout caribou vivant bien loin d’un sol polaire.

 

La vie ici fuyant comme en couleur ballant,

 

 

 

Car chacun se calfeutre en gants, bonnet allant,

 

Éole crée un air où tout est gel ; galère.

 

Dans un parc sur un banc gite l’âme d’un hère

 

Faut-il encor chauffer un douillet nid tremblant !

 

Maria-Dolores

 


05/09/2016
8 Poster un commentaire