POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le sonnet alterné






Source en coeur ...forme le sonnet alterné...

Source en coeur..jpg

Image sur le Net libre de droit.

 

 

 

 

Source en cœur

 

Elle aimerait trouver le murmure de l’eau,

Le chemin de ce ru qui la noie en son charme,

La forêt tout entière égoutte son manteau

À l’aube renversante où l’émoi la désarme.

 

La princesse du jour ne voit plus le moineau,

L’oisillon invitant à charmer un corbeau

Quand le vent lui dépose une dernière larme.

 

Elle a su respirer la fragrance d’été

Où la rose bien pourpre éveille son image

Le reflet d’un penchant chante la vérité,

Le désir tout de feu libérant son visage.

 

Elle veut chaque nuit ce plaisir répété,

Le matin sous la fraîche en toute majesté

Dans son cœur cet amour ne s’estompe avec l’âge.

 

Maria-Dolores


01/06/2018
10 Poster un commentaire

Au plaisir...Forme le sonnet alterné...

Au plaisir.jpg

Image de Damien Barboni

Sur Facebook ici.

 

 

Au plaisir

 

Dès que renaît l’amour où chante le bonheur,

Chacun tend une main de désir dans le cœur

Quand à chaque matin j’en espère un sourire ;

 

Or la lune maîtresse enveloppe mes nuits

J’inventerais  un rêve autant que je respire

Où tes doigts caressants sont l’ombre qui t’inspire

Au regard de mes jours indociles ennuis.

 

J’aborderais le soir librement cette couche

Où tu t’endors parfois au parfum de ma bouche

Du plaisir de nos mots te laisser percevoir ;

 

Me voici parcourant les lignes de ma vie

Érato dans mon âme a ce sacré pouvoir

D’enchanter sous ma plume aux traits pour l’émouvoir

De nos yeux étonnés dont ma muse m’envie…

 

Maria-Dolores

 


18/02/2017
15 Poster un commentaire

Éveil ...Forme le sonnet alterné...

 Éveil.jpg

Image sur le net 

 

 

Éveil …

 

Elle a puisé les mots tout au fond du silence

Chassant la brume éparse aux rayons du soleil

Et lorsque Ra s’endort l’amour suit l’insolence

Au soir du firmament chacun sent son éveil.

 

Elle adoucit les pleurs au vent de sa tendresse

L’insomnie enlacée au plaisir de l’ivresse

Parfume les rosiers tels un halo vermeil ;

 

Chaque nuit elle dort dans les bras de Morphée

Le désir s’atténue au souffle de son corps

Transporté par l’émoi qui détient le trophée

De son âme éperdue où versent ses décors ;

 

Et la soif du désir se tait dans la lumière

Que dépose souvent au gré de la rivière

Les échos de la vie en éternels accords…

 

Maria-Dolores


16/02/2017
12 Poster un commentaire

Sous le givre...Forme le sonnet alterné...

Sous le givre....jpg

image de Damien Barboni

sur Facebook

Facebook ici

 

 

 

 

Sous le givre

 

La rose est ce reflet sa douceur me murmure

Et quand le givre épouse en chemin lui susurre

Les pétales rougeoient insensible douleur ;

 

Elle offre chaque fois ce désir immuable

Inspirant à l’hiver quelque peu la chaleur

Le gel seul la convoite "indélicat voleur"

Pour autant se dépeint un charme inavouable,

 

La toison qui l’honore est selon son parfum

Sa fragrance bénie ouvre une âme sans fin !

Car le printemps s’étonne au clair de son sourire

 

Le ciel est tant fébrile et revient sous les eaux,

Le plaisir nous rassemble au-delà pour décrire

Car Érato sans bruit ne pense plus proscrire

La langue de Molière à saisir de nos crocs.

 

Maria-Dolores


12/02/2017
12 Poster un commentaire

Les quatre saisons...forme le sonnet alterné...

Les quatres saisons.jpg

image de Damien Barboni

sur Facebook

Facebook ici

 

 

 

 

Les quatre saisons…

 

 

 

J’aimerai mon amour te parler des saisons,

 

Comme chaque matin couvant les horizons

 

De l’hiver parsemant quelques flocons de neige ;

 

 

 

C’est la nuit que l’on craint le froid qui se répand,

 

Jusqu’au bout de ce vide au nid qui nous protège

 

Laisse un goût bien amer au sort préoccupant,

 

Dans un printemps d’espoir et que charme un stratège

 

 

 

Une fleur inhalée au détour d’un chemin,

 

Au penchant délicat vient mourir dans ma main

 

Laissant place à l’été d’une flamme éprouvante ;

 

 

 

Le silence renvoie au rayon du soleil

 

Quand s’éteint la ferveur d’une joie émouvante,

 

L’automne vient nourrir mon regard à l’éveil,

 

Dès que les arbres nus fuient un vent d’épouvante…

 

 

 

Maria-Dolores

 


08/02/2017
10 Poster un commentaire