POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Forme le sonnet en quinzain


Un voile tout à loisir./..Forme le sonnet quinzain

Un voile tout à loisir....jpg

Image de Damien Barboni

sur 

Facebook

 

 

 

 

 

 

Un voile tout à loisir…

 

Un voile s’est levé ce matin de printemps,

Le soleil a ciré de couleur son image

Quand l’astre de la nuit  vous soumet un présage,

Et que l’aurore peint tous nos cœurs éclatants.

 

 D'un défi l’horizon convole  tous les temps

Aux rythmes des saisons le ciel  crée un rouage

Puis la fleur si petite enfin montre l’ouvrage

Sur la terre bénite aux parfums persistants.

 

J’ai perdu dans l’oubli ce pourquoi je suis née

Rappelant chaque fois une soif acharnée

Que la rose carmin marque de son désir.

 

Défiant le présent, je chante l’allégresse

Quand chaque jour retient à nouveau la tendresse

Tous les mots de la vie exprimant un plaisir

 

Et ma muse s’éveille au vent tout à loisir.

 

Maria-Dolores


08/03/2018
20 Poster un commentaire

Sainte Valentine... forme le sonnet quinzain.

Saintevalentine.jpg

 

 

Sainte Valentine

 

C’est en ce jour de fête en chacun de mes vœux

Que je vous le souhaite ici sous cette forme

N’éveillant vos émois d’un visage uniforme

« Bonne saint valentin » à tous les amoureux.

 

Vous faites pour présent un amour de gâteaux,

Pour son beau valentin offert par Valentine

A bien y réfléchir détestant la cantine

Et souhaite vraiment en place les restos

 

C’est un bien joli piège et que tend l’insoumise,

Faut pas trop réfléchir ne sentir que sa mise

Lequel va-t-il choisir l’indélicat amour ?

 

Et ce soupçon de franche et belle rigolade

Que l’on croit apaiser d’une belle accolade

Avez-vous d’un bouquet bien noté son humour ?

 

Au jour même, cent fois, tente une dérobade…

 

Maria-Dolores


14/02/2015
6 Poster un commentaire

Paroles et maux....Forme le sonnet en Quinzain...

Paroles et maux..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

Paroles et maux

 

Quand mon âme se meurt lentement sous tes mots

Et qu’expire en mon sein la voix de ma tendresse,

Chaque fois ta parole enchaîne ma faiblesse

Et ta fougue me juge insensible à mes maux

 

Change le ru tracé de ces pleurs anormaux

Que s’éclaire à nouveau devant nous cette adresse,

Aux fruits sucrés goûtons l’espoir de la jeunesse

Où nous partagerons ces traits centésimaux !

 

Que l’éclat du bonheur soit la foi maternelle,

Ce halo sous la nue illuminant l’esprit,

Nos songes resteront la pensée éternelle

 

J’animerai l’instant comme un doux gage écrit

Mon regard jettera sa couleur de flanelle

Parfumant chaque cœur d’un arôme cannelle

 

Et nos pas fouleront les jours que l’on construit…

 

Maria-Dolores


03/05/2016
22 Poster un commentaire

Peine sombre...sonnet en quinzain...

peine sombre.jpg

 

 

Peine sombre

 

J’écoute à la fraîcheur de la nuit

Ce ton sourd au bord du précipice,

Chacun fuit la douleur qui  tapisse

Elle râle au soir ce n’est qu’un bruit.

 

Voyant enfin ce ru qui s’ensuit,

Je n’ai d’autre source en édifice

N’octroyant jamais de bénéfice

C’est tapi dans l’ombre qu’il séduit

 

Jouant de sa faux elle l’emporte

L’âme isolée au pas de sa porte

Vers ce lit sombre d’où vient le noir.

 

À la souffrance il reste une larme

Que la ferveur d’un cœur ne désarme

Dans un chemin  qui la laisse choir.

 

L’exilé du froid s’endort le soir…

 

Maria-Dolores


09/02/2015
4 Poster un commentaire

Elle aime la douceur ...Sonnet en quinzain.

 

elle aime la douceur.jpg

 

Elle aime la douceur

 

Elle aime la douceur au jour très matinal,

Ébauchant quelque peu sur son âme éclairée

Un dessin, un visage, un sourire, en soirée

Exprimant son silence au teint original.

 

Laissant dans le murmure un flocon virginal,

Pour offrir à ses maux une rose entourée

De jolis billets doux d’une paix avérée,

Pensant encore à ceux, d’un décor hivernal.

 

Et jouant du reflet son image est jolie,

De sitôt  se livrant toute entière au bonheur

Effleurant parfois peu charmant l’anomalie.

 

Elle gardera tout en son cœur tout honneur,

Et ne faiblira plus sous sa mélancolie

Sentira son émoi sans aucune folie,

 

Quand ses soupirs seront loin de son pas flâneur.

 

Maria-Dolores


09/02/2015
10 Poster un commentaire