POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Sonnet irrationnel

 

 

Etre là (sonnet irrationnel) une pensée à Flormed

Être là !.jpg

 

Être là !

 

Effacer ce songe au présent de ces maux

Il  me faut poser la plume dont les mots

Fuient du jour la muse à mon obscur silence

 

S’éteint une flamme en souffrance d’un vœu

 

Lorsque s’illumine en mon cœur sa présence

L’annonciateur est ce cygne en l’écho

Pourtant je me tiens invaincue au cahot

Qu’ainsi sur mon for se profile l’aisance

 

Nul  n’éteint la flamme à la couleur d’un vœu

 

Elle se fera partage sur l’aveu

Éclairant l’éther la priant de ce rêve

Dès lors que ma muse évitera l’adieu

Je tiendrai ma plume au travers de ce feu

Afin qu’en ce lieu sur chacun, nous élève…

Maria-Dolores


12/02/2014
4 Poster un commentaire

L'homme, forme le sonnet irrationnel.

L'homme.jpg

 

 

L’homme.

L’homme ne sait pourquoi son chemin tant s’égrène,

Il s’accroche à la vie à sa dernière veine.

Il nait un jour vaillant, lançant des cris stridents

 

Dans son âme l’espoir  sans fin inéluctable,

 

Se confiant  la nuit aux astres résidents,

Pour seule ambition écarter toute peine.

Lui faut- il à ce jour s’élever  à la haine ?

Sous les coups menaçants et ces pas trépidants…

 

Tout son être veillant sa fin inéluctable

 

Il lui faudra fléchir sur l’instant raisonnable

Ne plus rien regretter à ce jour d’un matin

Et tenir le moment d’une main charitable

S’en aller sans un bruit  d’un éclat mémorable

Quand  les larmes du ciel traîneront le destin.

 

Maria-Dolores


23/01/2014
4 Poster un commentaire

Les clés oubliées....Forme le sonnet irrationnel

 

 Les clés oubliées..jpg

 

Image

de

Damien Barboni

Facebook ici

 

 

 

 

 

Les clés oubliées

 

La nuit éveille encor la douceur de tes mots

Troublant l’âme profonde au gré de tous les maux

Au vent soufflant l’amour au recoin de ma vie

 

J’ai tant cherché les clés qui charment ton grand cœur

 

L’audace de nos nuits chérit enfin l’envie

Frémissant nos ébats sous plaisirs hiémaux

Quand un grain de poussière enlace les fermaux

Au creux d’une caresse écoute tôt ravie.

 

J’ai tant cherché les clés qui charment ton grand cœur

 

On chante très souvent d'un fluide vainqueur

L’éloge d’un esprit s’écoule dans l’ivresse

Un sourire envahit l’éclat d’une liqueur

Quand chaque cri d’amour exulte sans rancœur

Aux sens de nos émois offrant une tendresse.

 

Maria-Dolores


16/01/2018
22 Poster un commentaire

Une perle...forme le sonnet irrationnel...

Une perle pi irrationnel.jpg

image de Damien Barboni 

sur Facebook 

Ici

 

 

 

Une perle.

 

 

 

Une perle arrondie éparpille son flot

 

De sa couleur vermeille éblouit du halo

 

Le plaisir vient du  ciel au parfum de l’aurore

 

 

 

Elle éclaire un rayon  d’un éternel joyau

 

 

 

La lumière s’étend sur la feuille, elle adore

 

Dépeindre les sillons sur la terre à vau-l’eau

 

Et  son cours la retient dans un rire au galop,

 

Chaque goutte élégante envahit l’incolore

 

 

 

Elle éclaire un rayon d’un éternel joyau

 

 

 

L’arc-en-ciel tourne autour d’écrits avec brio

 

Je ne suis que  la main de ma muse, la plume 

 

De laquelle elle sait répandre un clair ruisseau,

 

Dans ce cœur averti de mon triste cachot

 

Quand du défi,  d’un mot s’use sans amertume.

 

 

 

Maria-Dolores

 


07/11/2015
4 Poster un commentaire

Voici noël qui chante...Sonnet irrationnel.

 

Voici noël qui chante 2014.jpg

 

Voici Noël qui chante

 

Voici Noël qui chante en cette belle nuit

Quel trésor est choyé sous la lune aujourd’hui ?

Menant les mendiants des quatre coins du monde

 

À trouver une soupe et d’un plaid se couvrir.

 

Nul ne sait le chemin priant ce pleur immonde

Traversé d’un enfer par le plus démuni

Aucune question  ne l’affuble, lui nuit…

Pourtant il va dormir et d’une âme profonde

 

À goûter une soupe et d’un plaid se couvrir

 

Sous une belle étoile il la revoit fleurir

Chaque année, étanchant la soif de son ivresse.

Il faudrait oublier le trajet à nourrir,

Son éternel penchant à  ne plus rien offrir

Qu’une dernière larme en sa toute faiblesse…

 

Maria-Dolores


16/12/2014
4 Poster un commentaire