POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

La chanson montausière





Le silence par l'excellence....Forme la chanson Montausière...Création personnelle Photofiltre Studio

 

 

Le silence par excellence…

 

J’écoute murmurer dans ce noir sibyllin

Le penser de tes mots écrits sur le vélin,

Dans l’espoir du silence,

Je n’ai pas de regret à ressentir tes pleurs

Qui m’éclairent parfois dans ces mondes d’ailleurs,

Nul ne tait l’excellence.

 

Mon amour vient rêver dans le creux de mon cœur,

Je perçois dans la nuit ce doux rire moqueur

Dans un sombre silence,

Souvent dans la moiteur rien ne trouble l’oubli

Dont la fleur a germé  dans un souffle affaibli

On attend l’excellence.

 

Quand la rose vermeille endort de son parfum

Le délice bonheur du plus haut séraphin

Colorant le silence.

Rien ne vit dans un coin d’une ivresse chaleur

Lorsque l’été se meurt au pied de son ampleur

Que doute l’excellence.

 

On retient pour l’automne une belle fraîcheur

Qui devrait recouvrir de son charme accrocheur

L’ocré de son silence,

Les senteurs de septembre ondulent dans le soir,

Dont  le zéphyr  chantant dans la brume encensoir

L’ondée en excellence…

 

Maria-Dolores

 


31/08/2018
14 Poster un commentaire

Canicule l'été...Forme la chanson Montausière...Création personnelle Photofiltre Studio.

 

Canicule l’été

 

Il fait bien trop chaud cet été,

Le soir venu reste entêté,

La canicule

Vient nous toucher nous rend poisseux

Sans mouvement tous paresseux

On se bouscule,

 

Sur l’ottomane on a choisi

De se coucher si bien transi

Oh ! Canicule,

On fuit le temps d’une chaleur

On y transpire à son ampleur

Tout se bouscule.

 

On rêverait d’un paillasson

Pour  se sentir moins mollasson

Stop canicule,

Nous souhaitons tous maintenant

Qu’un automne bien avenant

Suive, bouscule ;

 

Nous oublierons au premier froid

Fébrile et d’aucun désarroi

La canicule,

Quand viendront les larmes du ciel

Dans ce jour providentiel

Que l’on bouscule…

 

Maria-Dolores

 


27/08/2018
16 Poster un commentaire

Histoire de saison....Forme la chanson Montausière..création Photofiltre Studio...

 

 

 

 

 

Histoire de saison

 

On écoute la pluie en ce chaud mois d’été,

Sur la rose fanée où bute l’entêté

Dans la voix retenue.

Puis faiblit la lumière où se voile la nuit

Quand son monde vacille au parfum de l’ennui

La douceur bienvenue

 

Nul ne tait la souffrance au refrain d’un espoir,

Comme un signe vainqueur débordant sans vouloir

La chance retenue,

On se raconte encor tous les soirs le chemin,

Posant sur le galet la chanson de demain

Ô !  Source bienvenue.

 

Puis le pas sur la marche éprouve l’angélus

Sous l’orage noirci comme un gros cumulus,

Dans l’âme retenue

Qui connait bien le doute  et la moindre prison,

Car le son du tonnerre embrume l’horizon

En couleur bienvenue.

 

On ne voit le silence en ce vers ressenti,

Que le poète verse au papier pressenti,

La plume retenue,

Dans l’ivresse des mots au destin fabuleux,

Quand la chance sourit  à ces cœurs si frileux,

La fable bienvenue.

 

Maria-Dolores

 


20/08/2018
18 Poster un commentaire

Orage de nuit....forme la chanson Montausière...Création personnelle sur Photofiltre Studio.

 

 

 

 

Orage de nuit.

 

À l’abri tard la nuit un souffle désastreux,

Vient frapper les volets dans un bruit coléreux,

Il fait noir c’est l’orage,

On perçoit  sous l’éther un halo poussiéreux

Dont l’aube voit l’ombrage.

 

Jamais rien ne suffit au désir langoureux

Quand une âme vacille à ce vent amoureux

Qui ne fuit tôt l’orage

En ces larmes voici ce destin si scabreux

Que dessine l’ombrage.

 

Le matin clair s’envole au ciel vertigineux

Quand l’été vient mourir dans l’oubli cotonneux

En ivresse l’orage.

Dans l’éclair furibond court un air lumineux

Nul ne retient l’ombrage.

 

Puis s’endort l’océan sur un vol moutonneux,

S’éloignant  d’une écume au regard matineux,

Où tristement l’orage

Rafraîchit la rosée au charme sablonneux

Qui déroule l’ombrage.

 

Maria-Dolores

 


14/08/2018
12 Poster un commentaire

Grand froid...forme le chanson Montaussière.

 




Grand froid


Prenant un bol d’air par ces hivers,
Elle entend plus prés qu’un seul revers
La chaleur ces fautes.
Car la neige guette, en trombe il pleut
Le vol de la colombe m’émeut,
Les peines sont hautes.

Sous l’olivier s’abrite un coquin,
Le passereau chante ; quel faquin !
S’écriant les  fautes,
L’énergie essoufflée apaisant
Ce rouge-gorge lavant ; puisant
Sur les cimes hautes.

La grisaille envoutant tous les jours,
Espérant bien un compte à rebours
Commettant les fautes.
La neige semant sur tous les monts,
Qu’elle ne doute de ces renoms,
Aux étoiles hautes.

Fouettant, le vent est  glacial
 Le grain luisant rend tout Spécial,
Persiflant les fautes.
Et chacun gèle il fait vraiment froid,
Restant calfeutrer  au chaud qu’il croît
Sous les maisons hautes.

 

Maria-Dolores


01/02/2012
4 Poster un commentaire