POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

la Villanesque


Dimanche, c'est l'automne...Forme la Villanesque...Création personnelle sur Photofiltre Studio...

 

 

 

Dimanche, c’est  l’automne.

 

C’est dimanche aujourd’hui quand chacun rêve

Dans la nue on se sent tous tremblotants

Car l’automne s’annonce et prend son temps.

 

On partage ce jour une onde brève

L’époque suit les oiseaux déroutants

Car l’automne s’annonce et prend son temps.

 

L’été s’endort  que voit-on sur la grève ?

L’ombre Margygr* vogue aux chants percutants,

Car l’automne s’annonce et prend son temps.

 

La saison que dévoile un jour sans trêve,

Noircit le ciel, l’orage aux vents chuintants,

Car l’automne s’annonce et prend son temps.

 

Maria-Dolores

 

*Magygr :

Pour les Scandinaves, la sirène est un monstre redoutable appelé Margygr (la « géante de mer »).

 


23/09/2018
6 Poster un commentaire

Un sort d'une habitude....Forme fixe la Villanesque...Création personnelle sur Photofiltre Studio.

 

 

 

Un sort d’une habitude…

 

Je connais maintenant la peine de tes maux

Chaque jour que l’on passe à chasser l’inquiétude,

Pour défier la vie au sort  d’une habitude.

 

Tout l’émoi qui me touche au parfum de tes mots,

Me révèle l’effroi  vers  une  lassitude,

Pour  défier la vie au sort d’une habitude.

 

Quand un pleur retentit  dans  nos courroux thermaux,

Que chasse la fêlure aux  cœurs sans certitude,

Pour défier la vie au sort d’une habitude.

 

Provocant l’avenir en moments  optimaux

Que couve un désarroi  sommant l’ingratitude,

Pour défier la vie au sort d’une habitude.

 

Maria-Dolores

 


17/09/2018
12 Poster un commentaire

Une caresse un émoi ...Forme la villanesque...Création personnelle sur photofiltre Studio...

 

 

Une caresse un émoi

 

J’ai dormi cette nuit dans le creux de tes bras,

Le souffle de ta peau  d’une ivresse résonne

Ta main vient me caresse un émoi nous frissonne ;

 

Je découvre un regard au clair de nos auras

Qui soulage mon pleur sans craindre qu’on raisonne

Ta main vient me caresse un émoi nous frissonne.

 

De nos rêves autour onc tu ne banniras

Ma musique endormie au jour que l’on cloisonne

Ta main vient me caresse un émoi nous frissonne.

 

Quand la rumeur s’éteint  mon cœur tu troubleras

Une essence que même un esprit loin grisonne

Ta main vient me caresse un émoi nous frissonne.

 

Maria-Dolores

 


05/09/2018
22 Poster un commentaire

Le murmure du bonheur...Forme fixe la villanesque...

Le murmure du bonheur..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

Le murmure du bonheur.

 

Il a pour univers la grandeur de son âme

Le ruisseau de la vie écoule en tout honneur

Dans le flot du murmure espérant son bonheur,

 

À l’obscur du silence où se pare la femme,

Elle expose un sourire aux champs du butineur

Dans le flot du murmure espérant son bonheur

 

Puis naît d’une pensée or s’éclaire une flamme

À la joie éternelle où s’émeut le flâneur,

Dans le flot du murmure espérant son bonheur

 

C’est dans cet océan qu’elle chante et l’acclame

L’astre aimé dévoilant tout l’écho de son cœur

Dans le flot du murmure espérant son bonheur.

 

Sous l’éclat de la lune on observe une dame

Que l’on cache au grand jour aux plis du griffonneur

Dans le flot du murmure espérant son bonheur.

 

Maria-Dolores


28/10/2016
6 Poster un commentaire

Un matin de silence...Forme fixe la villanesque.

Un matin de silence..jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

Un matin de silence

 

Le matin elle part sans chercher le bonheur

Elle oriente sa vie en son ru d’insolence

À l’aube du chemin au plaisir d’un silence

 

C’est toujours quand l’espoir lui murmure flâneur

Le délice amoureux dans son cœur l’indolence

À l’aube du chemin au plaisir d’un silence

 

Quelquefois se rassure un instant butineur,

La douleur du poète ôte sa virulence

À l’aube du chemin au plaisir d’un silence,

 

Vois le chant éclairé d’un ami griffonneur,

Et sur la page blanche un refrain d’excellence

À l’aube du chemin au plaisir d’un silence.

 

Or la fuite en avant, où demeure l’honneur ?

Que dépeint généreux la plume en vigilance,

À l’aube du chemin au plaisir d’un silence…

 

Maria-Dolores


12/10/2016
12 Poster un commentaire