POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

forme le sonnet espagnol


Souffle l'excellence...Forme le sonnet Espagnol...

Souffle l'excellence..jpg

Image google.

 

 

 

 

Souffle l'excellence..

 

Elle aimerait choisir dans un éclat de rire,

La douceur, dans les mots, fait chavirer sans bruit

L'immuable couleur dont la rosée inspire

Qu'elle enivre une larme en déversant le fruit ;

 

Une icône s'éveille en sa pâle lueur

D'un émoi caressant dans le soleil d'automne

Une fraîcheur du vent rejetant la rigueur

Sous la voûte céleste où le rêve tâtonne.

 

Elle garde l'espoir d'un matin tout doré

Dans un souffle d'amour qui perçoit le silence

Fuit le temps qui se penche au berceau consacré ;

 

Elle n'écoute plus dans le soir l'insolence

Dont, se pare l'oubli dans un grain saupoudré

Quand le charme s'étire au cœur de l'excellence...

 

Maria-Dolores


25/10/2017
11 Poster un commentaire

Soupirs d'amour (Sonnet Espagnol)

 

Soupirs d’amour…

 

Elle aime à l’infini, ce regard langoureux,

Qui lui fait chaque jour, sur son âme, l’ivresse ;

Éternel engouement  que soutient la sagesse,

Avec l’espoir vivant d’un soupir amoureux.

 

Elle n’exige rien qu’il puisse généreux

Promouvoir en silence, étalant sa largesse.

Car elle est tour à tour son épouse et maîtresse.

Le bonheur est parfois  béni, bien savoureux.

 

N’oubliant sur son cœur le désir qui s’apprête

Des plaisirs quotidiens, vit l’existentiel.

Il ne suffit d’un rien ;  confondant  l’amourette…

 

Que faut-il à l’esprit ? Un songe ouvrant le ciel !

Dont la raison s’enfuit pour une âme secrète,

Une histoire vécue au corps,  l’essentiel…

 

Maria-Dolores


03/02/2013
0 Poster un commentaire

Sous un clair de lune...forme le sonnet Espagnol.

Sous un clair de lune..jpg

image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

 

 

Sous un clair de lune

 

Dans le noir crépuscule ou dans le clair de lune

S’éveille une chimère ; et, sous un vieux  manteau,

Aguerrie au mystère, une nuit  de fortune,

Vogue à sa destinée une barque sur l’eau.

 

Elle vole à chacun la chaleur de son âme,

Sous la voûte s’étend dans un sursaut d’éclair,

Car la foi d’un bon cœur la défait de sa flamme

La transporte du sort tout comme un filet d’air ;

 

Elle imagine un rêve où se noie une larme,

Le désir la surprend parfois  d’une liqueur,

Quand Apollon s’en mêle et lui cède  son arme

 

Il dévoile ainsi, fier, sous son rire moqueur,

Un ciel où seul luira le parfum du vrai charme

Du souhait qu'il attise et prône sans rancœur.

 

Maria-Dolores


12/12/2015
4 Poster un commentaire

Mère-Grand ...Forme le sonnet Espagnol à ritournelle ...

Mère-grand...Espagnol à ritournelle.jpg

Image sur Google

Montagne de Santa-Cruz 

Oran hier et aujourd'hui.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mère-grand

 

J'avais pour souvenir une image d'enfance

Les chants de mère-grand, son passé surgissait ;

Et perlait dans ses yeux sa larme de souffrance

Elle ne verra plus l'espoir qui faiblissait...

 

Puis c'est seul dans son lit qui trahit l'espérance

Même près de la mort son cœur se languissait,

J'ai gardé près de moi d'un penchant sa fragrance,

Dans son âme, je sais qu'un souffle flétrissait ;

 

Et j'entends dans les cieux, l'étoile enchanteresse

Dont résonne l'écho dépeignant le relief,

De ce mont réputé vu sur photo de presse,

Petit bonheur du jour...

 

Aujourd'hui, je comprends dans sa grande sagesse

Combien elle rêvait de revoir son doux fief,

Tout en sachant parfois quand revient la tristesse,

Que demeure son amour…

 

Maria-Dolores


12/10/2017
14 Poster un commentaire

À tâtons, la nuit...forme le sonnet Espagnol...

A tatons la nuit....jpg

 

 

À tâtons, la nuit

 

À tâtons dans la nuit il cherche encor l’écho

Qui se meurt à l’aurore au-dessus de son rêve

Imagine un instant  qu’il se perd sur la grève

Où l’océan s’enivre aux plis d’un calicot.

 

C’est ici que  Neptune enchante d’un bécot,

Dans la houle discrète et s’égare sans trêve,

Le désir d’un amour est  d’une odeur  si brève

Où périt le silence en son pleur de psycho…

 

Car il suit le chemin, celui du cœur l’entraine

En son rire enchanteur à  ce plaisir charmant

Du délice conquis au gène qu’on égraine…

 

La lune est ce reflet quand le soir désarmant

Cet esprit détenu par sa douce sirène

Au diamant serti d’ivresse l’acclamant.

 

Maria-Dolores


28/12/2015
7 Poster un commentaire