POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Forme le doucet nouvelle forme.

Forme le doucet nouvelle forme créée.

---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Cm
---------------------------------------------------------Df
---------------------------------------------------------Cm

---------------------------------------------------------Af
---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Em
---------------------------------------------------------Df
---------------------------------------------------------Em

---------------------------------------------------------Af
---------------------------------------------------------Bm

---------------------------------------------------------Af


Formule : A- BA - CDC - ABBA - EDE - AB - A

On monte : 1- 2- 3 - 4 puis on descend: 3 - 2 -1

Le quatrain sert de palier

Le poème se construit sur 5 rimes → 6A - 4B - 2C - 2D - 2E


Le premier vers est repris dans son intégralité à la fin de la pièce.


L'alternance est observée au passage d'une séquence à la suivante.


Le choix du mètre est libre !


Exemple : « Mes souvenirs sont là !...» par M. Doucet

Mes souvenirs sont là dans mon livre d'images,

Quand je ferme les yeux je pars pour l'autre temps,
Je feuillette en rêvant une à une les pages...

La vie était si belle au gré de nos moissons
D'amour au couvert des ramilles,
Aux champs des épis d'or de nos jeux polissons...

Pas toujours vertueux mais garants des usages,
Nous puisions dans le ciel la foi de nos vingt ans,
La richesse était là, somme de nos printemps,
Que reflétaient nos mains, nos cœurs et nos visages...

Nous dansions et chantions dans le clair ou l'ombreux,
Bercés par les rires des filles,
Que d'émois, de bonheur, ô que de jours heureux !

Je relâche en rêvant la dernière des pages
Puis je rouvre les yeux, comblé de ces instants...


Mes souvenirs sont là dans mon livre d'images,

Remarque


L'auteur a commencé par un vers féminin. Si l'on commence par un vers masculin, on doit suivre ce plan :


---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Cf
---------------------------------------------------------Dm
---------------------------------------------------------Cf

---------------------------------------------------------Am
---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Ef
---------------------------------------------------------Dm
---------------------------------------------------------Ef

---------------------------------------------------------Am
---------------------------------------------------------Bf

---------------------------------------------------------Am


Depuis je dors...nouvelle forme le Doucet...

Depuis je dors....jpg

 

 

 

dors10.jpg

 

Mise en page par mon ami Ahmed Zeïd dit Flormed,

Que je remercie pour ce cadeau.

 

 

 

 

 

Depuis  je dors…

 

 

 

Je dors tout contre toi la nuit me semble douce,

 

 

 

Aujourd’hui c’est si loin d’y fléchir un instant

 

Je ne sais s’il me faut  trembler d’une secousse,

 

 

 

Noircir ce sortilège et d’un pleur arpentant

 

Ce couloir insolite où coule la tristesse,

 

L’étranger affranchit sans rien plus d’important…

 

 

 

Ignorant bien souvent le cri d’une frimousse

 

L’énergie admirable au mouflet l’attestant

 

Ce miroir sous son tain au reflet résistant,

 

Le souris d’un enfant y nourrir de son pouce.

 

 

 

Il ne reste plus rien qu’un océan serein,

 

Un  instant de déboire où perd de sa finesse,

 

De dégoût et de peine artisan bien gredin,

 

 

 

Au ciel revêt la nuit sous une étoile rousse

 

Nul ne sait où conduit cet éternel chemin …

 

 

 

Je dors tout contre toi la nuit me semble douce.

 

 

 

Maria-Dolores

 

  http://poesis.forumactif.org/t4672-le-doucet


29/09/2014
20 Poster un commentaire