POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Forme le doucet nouvelle forme.

Forme le doucet nouvelle forme créée.

---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Cm
---------------------------------------------------------Df
---------------------------------------------------------Cm

---------------------------------------------------------Af
---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Bm
---------------------------------------------------------Af

---------------------------------------------------------Em
---------------------------------------------------------Df
---------------------------------------------------------Em

---------------------------------------------------------Af
---------------------------------------------------------Bm

---------------------------------------------------------Af


Formule : A- BA - CDC - ABBA - EDE - AB - A

On monte : 1- 2- 3 - 4 puis on descend: 3 - 2 -1

Le quatrain sert de palier

Le poème se construit sur 5 rimes → 6A - 4B - 2C - 2D - 2E


Le premier vers est repris dans son intégralité à la fin de la pièce.


L'alternance est observée au passage d'une séquence à la suivante.


Le choix du mètre est libre !


Exemple : « Mes souvenirs sont là !...» par M. Doucet

Mes souvenirs sont là dans mon livre d'images,

Quand je ferme les yeux je pars pour l'autre temps,
Je feuillette en rêvant une à une les pages...

La vie était si belle au gré de nos moissons
D'amour au couvert des ramilles,
Aux champs des épis d'or de nos jeux polissons...

Pas toujours vertueux mais garants des usages,
Nous puisions dans le ciel la foi de nos vingt ans,
La richesse était là, somme de nos printemps,
Que reflétaient nos mains, nos cœurs et nos visages...

Nous dansions et chantions dans le clair ou l'ombreux,
Bercés par les rires des filles,
Que d'émois, de bonheur, ô que de jours heureux !

Je relâche en rêvant la dernière des pages
Puis je rouvre les yeux, comblé de ces instants...


Mes souvenirs sont là dans mon livre d'images,

Remarque


L'auteur a commencé par un vers féminin. Si l'on commence par un vers masculin, on doit suivre ce plan :


---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Cf
---------------------------------------------------------Dm
---------------------------------------------------------Cf

---------------------------------------------------------Am
---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Bf
---------------------------------------------------------Am

---------------------------------------------------------Ef
---------------------------------------------------------Dm
---------------------------------------------------------Ef

---------------------------------------------------------Am
---------------------------------------------------------Bf

---------------------------------------------------------Am


Nouvelle année ...nouveau temps....Forme le doucet .

Nouvelle année nouveau temps..jpg

image sur le net

Google

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle année... nouveau temps...

 

Un nouveau jour se lève une année est passée,

Je ne vois rien sur terre et tout semble veiller,

Le bonheur sur l'instant vient même agenouiller

Une chaleur précaire à son ombre harassée,

 

Cette étoile du ciel a jailli pour briller

J'aime croire en son temps où la main caressée

Un espoir dans l'humain souffrant à batailler.

 

Puis dans ce grand silence une nuit professée

Suit l'attente du jour pour nous émerveiller

C'est la joie en nos cœurs d'une paix embrassée

Un sourire m'émeut me voilà confessée,

La douceur d'une vie enchante à réveiller,

Sur nos pas chaleureux à l'envie empressée.

 

Quand souvent le silence omet de renvoyer

Un écho mystérieux dans la mare déplacée

Que découvre la vie et nous trouble choyer.

 

Vient la vague océane en la brise enlacée

À l'ivresse des mots au sein d'un doux foyer

Une ondée en lueur nous charme à festoyer

Ce destin unissant une bonté bercée...

 

Maria-Dolores


04/01/2018
19 Poster un commentaire

Souffle d'hiver...Forme le Doucet variante...

Souffle d'hiver.jpg

Image sur 

le Net.

 

 

 

 

 

Souffle d'hiver...

 

Quand l'hiver nous surprend il rend l'âme morose,

La belle métropole est sous le projecteur,

Pour annoncer Noël aux enfants dans leur cœur

Les couvrir de présents en chemin si l'on ose,

 

Mais je pense souvent à ce libérateur

Que fait-il pour tous ceux vivant dans la psychose ,

De la guerre et l'oubli d'un temps consolateur ?

 

J'aimerais tant semer une graine de rose

Afin qu'elle parfume un espoir enchanteur

Même Dame nature ouvrira d'une osmose

La délicate fleur de ses mains qu'elle arrose,

La rose de Noël charmera de bonheur

Les petits, seuls les grands ne reflètent la chose.

 

On pense chaque fois survivre à la rigueur

Et créer dans le noir cette paix qui s'impose,

Mais s'étend chaque hiver l'ombre de la rumeur,

 

On voudrait que l'hiver joue un chant virtuose

Pour tous les délaissés de notre créateur ;

On entend dans la nuit le peuple accusateur

Défier le silence ô ! rêve grandiose.

 

Maria-Dolores


21/12/2017
14 Poster un commentaire

Mon cœur...Forme le Doucet variante.

Mon coeur.jpg

image de Damien Barboni

sur 

Facebook

 

 

 

 

Mon cœur

 

 

Le silence fait naître à nos sens un mirage

Quand nos deux cœurs charmés se dévoilent la nuit

Du profond crépuscule où s'endort mon ennui

Qui vient troubler l'amour l'ombre de mon naufrage,

 

Ma pensée est d'abord d'estimer l'enjôleur

Caressant de ses mains les courbes d'un voyage

Où nos deux corps le soir ressentent la chaleur.

 

On attend chaque hiver que souffle une fragrance

Tel l'esprit de Noël au cœur de la saison,

 

Dont le ciel étoilé chante la tolérance.

 

Le plaisir dérivant au sein de l'horizon

Où l'âme est la clameur que voile l'espérance,

 

C'est comme un doux rayon éclairant une fleur

Dont l'aube illuminant dans le frais pâturage

La faune qui s'éveille au gré de son ampleur

 

C'est au creux de tes bras que je me fais volage,

Éblouie en tes sens, imagine à minuit

Ivresse et Volupté qui d'un rien nous unit,

Je sens la marque vive au flanc de notre encrage.

 

Maria-Dolores


12/12/2017
10 Poster un commentaire

Jeunesse...forme le Doucet...

Jeunesse.jpg

image de Damien Barboni

Facebook

 

 

 

 

Jeunesse

 

On s'inquiète un peu trop nous parents, on s'étonne

 

Les enfants bien plus grands refusent l'interdit,

Il faut nous arranger un discours qui détonne,

 

Parfois nous n'aimons pas les conflits sans raison,

Mais quand vient le moment chacun trouve sa place,

Et ramène la paix au sein de la maison.

 

Chaque fois que l'amour souffle au creux de l'automne,

Tout demeure le soir un souhait étourdi

Au parfum embaumant un courant enhardi,

La jeunesse s'endort dans un chant monotone,

 

C'est comme une saison où s'égare l'oubli

Quand l'hiver à présent nous réserve la glace,

Dès que le jeune adulte a son cœur rétabli.

 

Jamais rien ne présage un silence qui tonne,

Ce plaisir vient troubler le jeunot dégourdi.

 

On s'inquiète un peu trop nous parents, on s'étonne...

 

Maria-Dolores


08/12/2017
11 Poster un commentaire

Depuis je dors...nouvelle forme le Doucet...

Depuis je dors....jpg

 

 

 

dors10.jpg

 

Mise en page par mon ami Ahmed Zeïd dit Flormed,

Que je remercie pour ce cadeau.

 

 

 

 

 

Depuis  je dors…

 

 

 

Je dors tout contre toi la nuit me semble douce,

 

 

 

Aujourd’hui c’est si loin d’y fléchir un instant

 

Je ne sais s’il me faut  trembler d’une secousse,

 

 

 

Noircir ce sortilège et d’un pleur arpentant

 

Ce couloir insolite où coule la tristesse,

 

L’étranger affranchit sans rien plus d’important…

 

 

 

Ignorant bien souvent le cri d’une frimousse

 

L’énergie admirable au mouflet l’attestant

 

Ce miroir sous son tain au reflet résistant,

 

Le souris d’un enfant y nourrir de son pouce.

 

 

 

Il ne reste plus rien qu’un océan serein,

 

Un  instant de déboire où perd de sa finesse,

 

De dégoût et de peine artisan bien gredin,

 

 

 

Au ciel revêt la nuit sous une étoile rousse

 

Nul ne sait où conduit cet éternel chemin …

 

 

 

Je dors tout contre toi la nuit me semble douce.

 

 

 

Maria-Dolores

 

  http://poesis.forumactif.org/t4672-le-doucet


29/09/2014
20 Poster un commentaire