POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le sonnet Français

 

 

Être là !...Forme le Sonnet Français.

 

Être là !.jpg

 

Image de Damien Barboni

sur

Facebook

 

 

 

 

 

Être là !

 

Je suis d’une ivresse en chemin, si sereine,

Une frénésie inversant quelques sorts

Tremper une lèvre à la parure vaine,

Que m’importe le temps, ses noirs corridors.

 

Nul ne l’ignore plus cet esprit vous mène

Vers l’illusion qui trahira nos corps

Fuyant loin ce monde à toute cette haine,

Comme ils ont semé là, ces conquistadors.

 

Terre en féerie est de charmer la graine

Secoue au berceau que ne serais-je reine ?

Me perdant, le cœur s’éteint dans son essor.

 

On écoute ce chant, sa voix de sirène

Souffle aux vents, la vie est ce fluide cruor,

Où germe la pousse en amour qui s’égrène.

 

Maria-Dolores


09/07/2018
16 Poster un commentaire

L'indifférence...Forme le sonnet Français...

l'indifférence.jpg

Image de 

Damien Barboni

sur

Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

L’indifférence

 

 

 

Elle s’était perdue au silence emparé

 

Nouant l’indifférence à son cœur et son âme,

 

Mais lors vint un sourire avivant une flamme

 

Pour mieux y réfléchir dans ce trouble effaré.

 

 

 

Elle hésite en son for : ouvrir son nid paré,

 

Le sait-elle aussi bien quand un doute la blâme ?

 

Que vit-elle en son corps de l’amour qu’elle clame ?

 

L’espoir ternit un jour en l’instant égaré.

 

 

 

La vie est-elle ainsi ? L’osmose en nuit intime,

 

Du creux incontrôlable et qu’elle sous estime

 

Elle est tourbillonnante aux désirs instinctifs.

 

 

 

Ne priant aucun Dieu, ni sainte, ni victime,

 

Se vouerait-elle aux droits plus que vindicatifs ?

 

N’oubliant que son monde est un profond abîme…

 

 

 

Maria-Dolores

 

 

 

 


07/07/2018
12 Poster un commentaire

Partir...Forme le sonnet Français...

Partir.jpg

Image de Damien Barboni

sur 

Facebook

 

 

 

 

 

Partir

 

J’ai tenté d’inviter tout  le ciel sous mon aile,

Entendu maints sanglots et refoulé la peur

Il s’est endormi seul d’un courage en sueur

J’étais là regardant l’âme qui me rappelle.

 

Il me faut croire encor au silence prunelle

Et pourtant tout l’amour finit là sur le cœur,

Qui stoppe son chemin en  innocent râleur

Le déclin est tout prêt au soir  il se décèle.

 

Le temps frappe indécis sur l’être inanimé,

Dans la pénombre un nom fuyant a parsemé

Isolé, je suis lasse et je tends la main nue.

 

Il faut encore attendre un éternel moment,

Le ciel se couvre en flots s’étend  toute une nue,

Je couvre enfin ce corps d’un drap blanc tendrement…

 

Maria-Dolores

 


05/07/2018
8 Poster un commentaire

Lumière...Forme le Sonnet Français...

Lumière.jpg

Image de 

Damien Barboni

sur 

Facebook

 

 

 

 

 

 

Lumière

 

Je ne serai seule en mon fort qu’une femme

Lui papillonnant m’attire en sa fleur miel

Le mystère est rire et n’offrira nul fiel

C’est un avenir d’un souffle qui l’enflamme

 

Je suis sa lumière autant qu’il est ma flamme

Dont  l’âtre éclairant ce calme essentiel

Nous faut-il  qu’au soir illuminer au ciel

En réalité, nos fors ne font qu’une âme

 

Il a jeté l’ancre aux rives de mon cœur

Vivant pèlerin prévenant d’un bonheur

Son azur surprend, scintillantes prunelles

 

Lors aux sens vibrant nos êtres du parcours

Nos murmures sont sulfures étincelles

En fièvre brûlante effluves sur nos cours.

 

Maria-Dolores


05/07/2018
4 Poster un commentaire

Un chemin...Sonnet Français.

Un chemin.jpg

 

 

 

 

Un chemin

 

Lentement s’endormir sous le ciel sans étoile

Arpenter ce silence au sinueux chemin

Aux  souvenirs d’un rêve éclatant sur la toile

En fait choyer son âme en chaque lendemain.

 

J’ai gommé mon sourire à ce reflet que voile

Cette senteur de  fiel  fuyant l’air du jasmin,

Epuisant mon sommeil, mon réveil se dévoile

Lors d’un précieux cœur se parant d’un carmin.

 

À mon for ébloui reste cette  lumière

Où l’ocre de ses yeux étincelle en rivière

Un murmure s’éteint regrettant cet  instant.

 

À l’accoutumé  joint mon essence première,

D’une main courageuse, en retrait persistant

J’ai tenu le chemin, tout du long sans œillère…

 

Maria-Dolores

 


10/09/2014
16 Poster un commentaire