POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Le maillet

 




Nos belles années ...forme le Maillet ...Création personnelle sur Photofiltre Studio

Nos belles années..jpg

 

 

Nos belles années

 

Elles partent aux grands vents nos plus belles années,

Ce passé s’éloignant lors du rêve il se veut,

Trouver dans la mémoire en élu ces apnées,

Dans la misère à l’âme et du doute il se peut.

 

Étourdir de grands pas, éviter le détour,

Elles partent aux grands vents nos plus belles années,

Se perdant à jamais sans espoir d’un retour,

Si cet émoi traverse en regrets nos ainées.

 

Elles vouent à leurs jours des probes destinées,

Puis ouvrir un chemin de tendresse aux rancœurs,

Elles partent aux grands vents nos plus belles années,

Quand revient la tourmente elle souffle les cœurs

 

Enfants n’exigez pas d’être enfin trop pressés,

Vous insistez vraiment tant de fleurs sont fanées ;

Vieillir dans la sagesse et souffrir des excès,

Elles partent aux grands vents nos plus belles années.

 

Maria-Dolores


06/08/2018
19 Poster un commentaire

Un songe à mes chimères...Forme fixe le maillet

Un songe à mes chimères.jpg

Création personnelle

sur 

Photofiltre Studio.

 

 

 

 

 

 

 

Un songe à mes chimères…

 

Je ne sais pas vraiment s’il faut bien que j’y songe ?

Ce bonheur et ce rêve aux cris d’un cauchemar,

Le souvenir renaît suffit-il que je plonge ?

Les fantômes passés, que peuvent-ils si tard ?

 

En taisant pour toujours le remords ressassé,

Je ne sais pas vraiment s’il faut bien que j’y songe ?

Qu’ils soient bons ou mauvais, le sage a retracé,

Cet oubli dans mon âme au défi d’un mensonge.

 

Faut-il jeter au vent, tous les vœux qu’on éponge !

Des erreurs en chemin hélas qui n’en fait pas ?

Je ne sais pas vraiment s’il faut bien que j’y songe ?

Ne rien vivre aujourd’hui, de ma foi, nul trépas.

 

Votre esprit se dévoile en doute lacéré,

Qui laisse une tendresse et la mémoire allonge

Un monde où le silence est l’espoir éthéré,

Je ne sais pas vraiment s’il faut bien que j’y songe ?

 

Maria-Dolores


03/08/2018
19 Poster un commentaire

Loup et Palombe...Forme fixe le Maillet

Loup et palombe..jpg

Création personnelle

sur 

Photofiltre

 

 

 

 

Loup et palombe

 

Il s’invite à l’orée entre loup et palombe,

Dans son refrain où fond le gel d’un matin vif.

L’envol de papillons revenant d’outre-tombe

S’approche et Le retient comme un inquiet esquif.

 

De jeter dans le feu ces déboires vaincus

Il s’invite à l’orée entre loup et palombe,

Du mystère oublié que ne sont leurs vécus ?

Car il fuit sa mémoire au cœur d’une colombe.

 

À l’âme emprisonnée en tout songe il succombe,

Dans l’envers du combat qu’il conte avec horreur,

Il s’invite à l’orée entre loup et palombe

Omettant dans l’esprit un temps avant-coureur.

 

De ce voile il a vu son foyer consumé,

Le désir esquissé quand la torpeur retombe,

Il lui reste l’oubli d’un spectre inanimé,

Il s’invite à l’orée entre loup et palombe.

 

Maria-Dolores


01/08/2018
16 Poster un commentaire

Doux Silence...Forme le Maillet..

Doux silence.jpg

Création personnelle

sur

Photofiltre.

 

 

 

Doux silence.

 

Il vient tant troubler ce doux silence,

Pour offrir un rêve à tous ces maux,

La plénitude ébruite l’essence

D’une rose ébahie aux émaux.

 

L’éveil d’un sursaut ouvre à l’odeur,

Il vient tant troubler ce doux silence,

Si rien n’est vraiment que du bonheur,

Lui se perd d’une infinie aisance.

 

De sourdine il teinte une puissance,

Quand il meurt dans sa tranquillité,

Il vient tant troubler ce doux silence,

Qu’il n’omet pas la fraternité.

 

L’insomnie exprime sa moiteur,

Dans la nuit reflète une présence,

Mais le poète étale son cœur

Il vient tant troubler ce doux  silence.

 

Maria-Dolores


30/07/2018
10 Poster un commentaire

Ô ! Bel ange...forme fixe le Maillet...

Calque 1.png

Création personnelle 

sur 

Photofiltre

 

 

 

 

 

 

Ô! Le bel ange

 

Ô! Le bel ange,

Quel vrai démon !

Le ciel dérange,

En ton sermon.

 

Émeus mon cœur,

Ô ! Le bel ange.

Quel vrai bonheur !

Fier mélange.

 

Puis vers l’orange,

L’éther d’éveil,

Ô ! Le bel ange,

De ton réveil.

 

De cet enfer,

Dès qu’il se venge,

Douceur dans l’air,

Ô ! Le bel ange.

 

Maria-Dolores

 


27/07/2018
9 Poster un commentaire