POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

POEME DE MARIDO, FORMES VARIEES

Forme le sonnet à Kyrielle


Folie...Forme le Sonnet à Kyrielle

Folie...Joséphine Wall..jpg

 

 

Image de 

Joséphine Wall

Présence of gaïa.

 

 

 

 

 

 

 

 Folie

 

Écarlate folie écoute ma détresse,

Se rappelant  à moi comme un vieux souvenir,

Qui sonde chaque nuit quand s’ouvre la tristesse

Dans le sein de mon cœur cherchant  à revenir.

 

Elle emporte le temps comme un regain d’ivresse,

Et refuse un chemin qui ne peut contenir

Une frêle douceur au creux de la tendresse,

Dans le sein de mon cœur cherchant à revenir.

 

Tous les maux de ma vie ornent mon  air livide,

Quand la souffrance entraîne un regard dans le vide,

Dans le sein de mon cœur cherchant à revenir.

 

Mais le ciel de l’oubli du destin qui me trouble,

Comme tout ce silence éternise et redouble,

Dans le sein de mon cœur cherchant à revenir.

 

Maria -Dolores


27/05/2018
16 Poster un commentaire

Les mots de l'âme...Forme le sonnet à Kyrielle...

Les mots de l'âme..jpg

image de Damien Barboni

sur

Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots  de l’âme

 

Poséidon  renaît  dans un éternel feu

Qui dévoile nos cœurs  chacun suit une flamme,

Sur la mer déchaînée où résonne son vœu,

Les mots demeureront tout comme un vague à l’âme.

 

Dès que revient la muse épouser quelques vers,

Sur le riche vélin une plume s’enflamme

Au sonnet  que l’on trace à peindre les hivers,

Les mots demeureront tout comme un vague à l’âme.

 

Sous la lune la fée immortelle douceur

Vient danser dans les bois,  son unique noirceur ;

Les mots demeureront tout comme un vague à l’âme,

 

J’ai repris mon calame et nagé dans les eaux

Pour offrit à mon cœur tant de tristes cadeaux ;

Les mots demeureront tout comme un vague à l’âme.

 

Maria-Dolores

 


20/05/2018
14 Poster un commentaire

Un matin l'aurore...Forme le sonnet Kyrielle.

Un matin l'aurore..jpg

 

 

Image de

Damien Barboni

sur

Facebook

 

 

 

 

Un matin l’aurore

 

 

 

Le soleil presque chaud vient perler ses rayons

 

Dans une humble demeure où s’expose la flore

 

Tel l’artiste peignant les matins aux crayons

 

Quand le ciel se fait d’or il éblouit l’aurore.

 

 

 

La lune transparente enchante mon doux cœur,

 

L’univers immergeant dans son âme l’explore

 

Mais le souffle d’Éole apporte un temps vainqueur

 

Quand le ciel se fait d’or il éblouit l’aurore.

 

 

 

De cueillir la fleurette en la belle forêt

 

Pour égailler la vie en parfum guilleret

 

Quand le ciel se fait d’or il éblouit l’aurore…

 

 

 

À midi l’astre perd un peu de sa chaleur,

 

Se défend une brise en sa pâle couleur

 

Quand le ciel se fait d’or il éblouit l’aurore.

 

 

 

Maria-Dolores

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


04/05/2018
18 Poster un commentaire

La Dame aux châles ( forme le sonnet à kyrielle)

 

 

 

La dame aux châles.

 

Elle est la grande dame aux châles s’en couvrant.

Et de son plus beau geste elle se les enroule

Comme une couverture elle se met en boule

Elle est la belle dame aux châles se parant

 

Elle oublie un instant tout désir encombrant

Pour son autonomie en rêve elle voyage.

Sous ses yeux défilant connait  ce paysage

Elle est la belle dame aux châles se parant.

 

En dehors de ces nuits suivant sa parésie,

Nous parlons, je lui lis un peu de poésie

Elle est la belle dame aux châles se parant.

 

Ma promesse aujourd’hui  c’est d’écrire sa vie

Un  poème imagé qu’elle sait,  me convie

Elle est la belle dame aux châles se parant.

 

Maria-Dolores


27/11/2012
2 Poster un commentaire

Apprenti (forme le sonnet à Kyrielle.)

 

 

Apprenti…

 

Devant un tableau noir dans un silence joint,

Ecoutant la leçon, chacun suit la professe

Doté de passion et d’autant de sagesse

Peut-on croire pour moi ? Noter des cours c’est loin !

 

Digérant ce discours traitant du prendre soin.

Les bases je connais, sur certains mots  j’hésite

Il me faut un dico, des termes,  je visite

Peut-on croire pour moi ? Noter des cours c’est loin !

 

Je m’applique à tenir, laissant parfois le vide

Sur une page blanche ; un trait de noir avide.

Peut-on croire pour moi ? Noter des cours c’est loin !

 

Heureusement que j’ai, pour la petite fable,

La copie imprimée au-dessus  de la table.

Peut-on croire pour moi ? Noter des cours c’est loin !

 

Maria-Dolores


26/11/2012
2 Poster un commentaire